Comment rempoter des keikis dʼorchidées ?

Plongée dans le monde fascinant des keikis d’orchidées

Il existe plusieurs façons de découvrir le monde magique des orchidées. Certaines personnes les admirent dans les jardins ou les expositions, d’autres les cultivent patiemment dans leurs maisons. Mais il y a aussi ceux qui décident d’aller un pas plus loin et de se lancer dans l’aventure du rempotage de leurs keikis. Aujourd’hui, je vous embarque dans cette incroyante aventure.

Qu’est-ce qu’un keiki ?

Avant de se lancer dans la description du processus, il convient d’abord de préciser qu’est-ce qu’un keiki. Les orchidées sont des plantes merveilleuses et fascinantes, capables de produire, outre leur floraison spectaculaire, des formes de reproduction végétative uniques. L’une d’elles est le keiki, un mot hawaïen qui signifie « enfant ». En effet, un keiki est une petite pousse qui se développe généralement sur la tige ou les hampes florales de certaines orchidées, notamment les phalaenopsis. Une fois mature, le keiki peut être détaché de la plante mère et rempoté pour donner naissance à une nouvelle orchidée.

Le bon moment pour rempoter

Il n’est pas question de se précipiter pour séparer le keiki de sa plante mère. En effet, avant de pouvoir vivre de manière autonome, le keiki doit développer ses propres organes de survie : racines et feuilles. Généralement, vous savez qu’il est temps de séparer le keiki lorsque celui-ci a produit au moins trois racines d’une longueur minimum de cinq centimètres. Une autre indication importante est la présence de deux ou trois feuilles bien développées.

Préparation pour le rempotage

Avant de commencer le processus de rempotage, quelques préparatifs sont nécessaires. Tout d’abord, choisissez un pot adapté. Les pots transparents sont fréquemment utilisés pour les orchidées, car ils permettent de surveiller l’état du système racinaire et assurent une meilleure pénétration de la lumière.

Le keiki sera planté dans un substrat spécifique pour orchidées, composé principalement d’écorces et de mousse. Cette composition assure une excellente aération des racines, évitant ainsi leur pourrissement.

Le rempotage proprement dit

Le moment est venu de séparer délicatement le keiki de la plante mère. Veillez de ne pas endommager les racines. Une fois cela fait, trempez les racines du keiki dans l’eau pendant quelques minutes, cela facilitera leur hydratation. Ensuite, placez le keiki dans le pot, en prenant soin de bien répartir les racines. Ajoutez lentement le substrat, en le compactant légèrement, jusqu’à ce que le keiki soit stable. L’objectif est de recouvrir les racines, tout en laissant les feuilles et les bourgeons floraux (si présents) au-dessus du substrat.

L’arrosage post-remportage est essentiel pour le keiki. Veillez à ce que le substrat soit bien humide, mais pas détrempé.

Après le rempotage : patience et attention

Après le rempotage, placez votre nouveau ‘baby’ dans un endroit lumineux, mais à l’abri du soleil direct. Gardez à l’esprit que chaque orchidée est unique et que votre keiki peut avoir besoin de temps pour s’adapter à son nouvel environnement. Pendant cette période, l’attention à l’arrosage est cruciale pour éviter le dessèchement du substrat ou pire, la pourriture des racines par excès d’eau.

Le miracle de la vie en pot

Rempoter un keiki d’orchidée n’est pas simplement une technique horticole. C’est une expérience qui vous rapproche de la nature, de sa beauté et de sa complexité. Il s’agit d’accompagner la naissance d’une nouvelle plante, d’observer son évolution, d’en prendre soin. Et, un jour, de voir cette petite pousse donner ses premières fleurs. Ce n’est pas seulement une satisfaction pour le jardinier, c’est un véritable miracle de la vie en pot.